Accueil > Courant Alternatif, Mensuel anarchiste-communiste > Courant Alternatif n°270 Mai 2017 est sorti

Courant Alternatif n°270 Mai 2017 est sorti

Sommaire et édito

mercredi 10 mai 2017, par OCL29


Sommaire

Edito page 3

Social

page 4-5 Nouvelles économies, nouvelles luttes

page 6-7 Allia, quand des ouvriers tiennent tête à une multinationale

page 8 Suicides et restructurations à la SNCF

page 9 Non au démantèlement de la cité jardin à Chatenay Malabry

page 10 Ni peste ni choléra, ni patrie ni patrons, ni Le Pen ni Macron (OCL)

Lire sans élire page 11

Antinucléaire

page 12 - 13 faisabilité technique du démantèlement des installations nucléaires

Vertement écolo page 14

Luttes de libération nationales

page 15-16 Pays basque : Si le désarmement permet la paix,
ce n’est pas encore la paix

page 16-17 ETA, 50 ans qui ont marqué la vie politique au Pays Basque

L’économie en brèves page 18

Notre mémoire : la révolution russe a 100 ans (4)

page 19 à 23 Les femmes dans la révolution russe (A. Kollontaï)

Big brother page 10 à 11

International

page 26 à 32 L’Allemagne vue d’en bas

Edito

Quelque soit le résultat final des élections, présidentielles et législatives, la situation est inédite. Le parti socialiste, qui a imposé une gestion libérale à coups de 49.3 pendant cinq ans à son électorat populaire, a vu son candidat Hamon écrasé. Ses leaders se sont débandés pour rejoindre le ni-droite, ni-gauche de Macron, dans une continuité assumée : « Libérer la croissance ! ».... Macron a tout pour rassurer ministres et députés socialistes, après avoir bien contribué aux mesures sociales de la présidence Hollande (loi Macron sur l’épargne salariale, CIC, travail du dimanche, zones touristiques internationales avec travail de nuit ou le dimanche, cars Macron et ouverture à la concurrence avec le rail, loi Travail..). L’éventail des soutiens à Macron et En Marche !, de Madellin ancien du groupe d’extrême-droite Occident, à Robert Hue ancien secrétaire du PCF, indique le consensus de la classe politique autour de l’essentiel : la continuité d’un capitalisme agressif et le recul des conditions de vie des plus pauvres.

Cette loi Travail, rejetée par l’opinion et combattue pendant quatre mois, qui vise à compliquer les résistances sociales face à un libéralisme économique insatiable, a en fait scellé le rejet du PS et l’addition se règle aujourd’hui. Le PS est arrivé à un stade avancé de décomposition, comme le poisson (qui) pourrit par la tête. Depuis longtemps il n’était qu’une juxtaposition d’écuries présidentielles - appelées "courants" pour donner l’impression d’un débat interne - censées propulser leurs chefs respectifs aux commandes du parti, puis dans la course électorale. Le sauve-qui-peut général, qui s’est emparé des politiciens professionnels inquiets de la tournure des évènements, et de dérapages incontrôlés de l’électorat vers de nouveaux horizons, les a finalement presque tous jetés dans les bras du troisième larron de la fable.

Le candidat de la droite, d’abord promis à une victoire facile puis plombé par les mises en accusation, a lui aussi chuté. Mais en restant à un niveau élevé de votes, il éclaire la tolérance, partisane et cynique, à l’égard du chef. La corruption des politiciens français au plus haut niveau, que démontre l’affaire Fillon (sans parler de la démission du ministre de l’intérieur Leroux, ou des costards Arnys de Moscovici..!) indique à quel point la frénésie financière et libérale s’est transmise aux politiciens français, et depuis longtemps.

L’événement du premier tour est aussi la montée de Mélenchon, à la gauche de l’échiquier politique à presque 20 %, et ce malgré le matraquage médiatique taxant de populisme rétrograde et d’irréalisme ses propositions. Le conditionnement de la subjectivité ambiante aurait-il des ratés ? Critiquer Bruxelles ne serait donc plus synonyme de proximité avec l’extrême-droite ! L’imposition à toute l’Europe des conditions de vie allemandes ( à lire le long article p.26 sur la situation outre-Rhin) derrière la locomotive économique de l’UE, ses excédents budgétaires records, son dumping social et ses six millions d’habitants sous le seuil de pauvreté, mérite d’être combattue (1), malgré toutes les réserves à faire au leader maximo cocardier.

La percée du parti de Mélenchon, à gauche du PS, répond en miroir à la confirmation du FN, à droite des Républicains. Les laissés pour compte des mutations accélérées du capitalisme, victimes de l’incurie des politiques à améliorer leurs conditions de vie depuis tant d’années et gavés de promesses électorales non-tenues, ont-ils réagi d’abord en soutenant des candidats extérieurs au jeu traditionnel, revendiquant une autre rationalité contre les experts et les moralistes à deux balles, qui veulent toujours leur dire quoi penser de façon politiquement correcte ? Comme pour Macron, à qui de nombreuses badernes politiciennes prédisaient qu’avec son inexpérience, il ferait psschittt ! Et qui, à 39 ans, grille la politesse aux copains de la file d’attente ! Les tranchées, c’est fini, comme en 17 la mutinerie est à l’ordre du jour.

Les affaires de Fillon ont probablement contribué à cette exaspération croissante que traduit ce vote étonnant, au moment où l’économie repart, où les bénéfices des multinationales et des banques atteignent de nouveau des records sans précédent, tout comme les salaires des dirigeants... et où les conditions de travail se dégradent sous la pression de la hiérarchie, alors que les salaires stagnent au nom de la saine gestion des entreprises et des administrations. Les conflits sociaux (et même la mobilisation de populations entières comme en Guyane) se multiplient ces derniers mois dans les entreprises, les services publics et les administrations, mais aussi le désespoir de certains qui préfèrent se suicider sous la pression des chefs, comme à la Poste ou la SNCF (à lire le bref récit sur les conditions du suicide du délégué syndical cheminot Edouard Postal).

Nous entrons dans cette escalade de conflits, sous la pression d’impasses économiques, environnementales, sociales à l’échelle globale. La situation hexagonale et ses résultats électoraux ne font que refléter une brutalité croissante internationale, avec sa cohorte de présidents allumés et de chefs militaires désinhibés. La facilité, non-dénuée de calculs politiciens intérieurs, avec laquelle Trump arrose de missiles une base syrienne, teste une bombe phénoménale dans les montagnes afghanes ou dispose une escadre face à la Corée du Nord, indique le niveau de violence "acceptable" dans les relations internationales, pour tenter d’optimiser la rentabilité du budget "guerre". Ce n’est pas un hasard si les thèmes du service militaire, de la défense européenne, de l’augmentation du budget "défense" reviennent dans le débat hexagonal, s’ajoutant à l’anti-terrorisme militarisé et omniprésent. Les positions interventionnistes de l’Etat français en Afrique et au Moyen-Orient, qui nous valent des tentatives d’attentats récurrentes, correspondent à un créneau associé aux industries d’armement, délaissé actuellement par les autres membres de l’UE. Il serait urgent qu’un mouvement anti militariste, quelque peu éffacé depuis la fin de la conscription, revienne au premier plan de l’actualité hexagonale. Laisser les hommes d’affaires et les banquiers jouer avec le feu, ne peut que nous apporter catastrophes, surveillance et oppression supplémentaires.

Nantes, le 26 avril.

(1) Contrairement à d’autres pays européens, la France a connu régulièrement des mouvements sociaux d’ampleur qui ont parfois rejeté les mesures libérales concoctées par la droite, ou la gauche. Le hors-série de Courant Alternatif n°20 - janvier 2017, regroupe ainsi des articles sur « 35 ans de luttes sociales », depuis les résistances des sidérurgistes lorrains en 78/84, jusqu’aux mobilisations contre la réforme Woerth des retraites en 2010 ou la loi Travail en 2016, en passant par l’hiver 95, ou les banlieues et le CPE en 2005-2006. Il reprend articles et analyses parues lors de ces mobilisations. Numéro disponible en écrivant à l’Egregore, Reims.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette