Accueil > Courant Alternatif, Mensuel anarchiste-communiste > VERS UNE COORDINATION NATIONALE EN SOLIDARITÉ AVEC LES MIGRANT-E-S (...)

COURANT ALTERNATIF N°268 MARS 2017

VERS UNE COORDINATION NATIONALE EN SOLIDARITÉ AVEC LES MIGRANT-E-S ?

vendredi 31 mars 2017, par oclnantes


Comment renforcer nos solidarités.

Les objectifs étaient : favoriser un contact direct et durable entre les collectifs, échanger sur nos pratiques, collectiviser analyses, savoir-faire et matériel militant, visibiliser nationalement les luttes des migrant-e-s et la solidarité qui se manifeste autour de celles-ci, offrir un point de ralliement pour des petits collectifs isolés, bref étendre et faire gagner en efficacité la solidarité dans un contexte malsain de montée des politiques et idéologies réactionnaires…

Étaient présentes des délégations d’une vingtaine de collectifs locaux ainsi que quelques individus isolés, tous impliqués dans la solidarité avec les migrant-e-s. Ces collectifs sont divers dans leurs orientations (certains assez citoyennistes, d’autres plus radicaux) et leurs situations (certains par exemple sont centrés sur des populations particulières : étudiant-e-s étranger-e-s, mineurs isolés, migrants placés en Centre d’Accueil et d’Orientation…) mais ils ont en commun d’être auto-organisés et d’être sur des bases politiques et pas seulement humanitaires.
Le samedi a débuté par la présentation des collectifs. Puis, l’après-midi, 4 discussions thématiques en groupes : « comment s’organiser, sur des bases égalitaires, entre personnes solidaires et personnes migrantes  ? », « comment aller au-delà de l’aide matérielle  ? », « quelles relations entre les militant-e-s et les salarié-e-s des institutions sanitaires et sociales, entre contradictions, compromis et complicités  ? », et une dernière autour de la « médiatisation des pratiques illégales  ».

Ces 4 discussions, riches, ont fait ensuite l’objet d’une synthèse en assemblée plénière. Deux petits ateliers, bien suivis, ont également eu lieu, un autour de l’expérience militante du Collectif des Étudiants Étrangers de Lyon sans papiers et solidaires, et l’autre sur la réforme de la loi de demande d’asile. La journée s’est conclue par un concert fort festif avec le groupe « ZAD Social Rap  » et des mix reggae et cumbia animés par des libertaires participant à la coord.

Le dimanche fut plus décevant en ce sens que l’assemblée plénière n’a pas débouché sur une formalisation minimale de la coordination, beaucoup de collectifs n’ayant pas de mandats clairs à ce propos.

Cependant la majorité des collectifs a semblé favorable à cette formalisation et une nouvelle coordination se tiendra en juin. C’est probablement à cette réunion que la coordination prendra réellement forme. L’idée serait, globalement, de créer un réseau, sans bureau national, avec des collectifs gardant leur autonomie politique locale mais mutualisant certains moyens et certaines pratiques via des groupes de travail, autour d’une plateforme politique minimale (que chaque groupe pourrait ensuite décliner localement selon sa réalité/tonalité politique propres).

Il a également été acté d’appeler collectivement à une journée d’actions nationales décentralisées le 18 février et à participer le 19 mars à la « marche pour la justice et la dignité  » à Paris dénonçant le racisme, les violences policières et la chasse aux migrant-e-s. Quelques groupes de travail thématiques se sont également mis en place autour des questions.

On continue.

La réunion de coordination s’est terminée par un grand repas collectif au squat « Drouet », avec ses habitant-e-s albanais-es et afghans. Les habitants du « squat des Soudanais  », proche, y étaient aussi conviés.
Cette rencontre nationale a permis des échanges nombreux et intéressants, lors des débats ou des repas. L’organisation logistique était bonne (grâce aussi à de précieux coups de mains extérieurs à l’AG) et le moral des participant-e-s était généralement bien regonflé au moment du départ.
Reste à voir ce que donnera concrètement la prochaine rencontre en juin, en terme de participation et de contenu.

Contact : ag-contre-expulsions chez laposte.net
Site  : agcontrelesexpulsions.wordpress.com

Un membre de l’A.G de Caen, à titre personnel.

Note

1- Le squat « Drouet  » a été depuis expulsé par la préfecture le 9 février. Les familles albanaises ont été relogées en hôtels par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale, les Afghans sont partis pour la plupart sur un autre squat tenu par l’AG, hormis quelques-uns qui ont accepté d’aller dans un CAO.

Encart

Quatre interpellations après la manif.

Samedi 18 février à Caen, l’Assemblée Générale contre les expulsions appelait à se rassembler et manifester contre la fermeture, le 9 février, du squat -dit Drouet-, par la préfecture, et aussi contre les violences policières en solidarité avec Théo. Une petite centaine de personnes étaient présentes dont une partie seulement suivra en manif. C’est après la dissolution de la manifestation que 4 personnes ont été arrêtées, placées en garde à vue puis libérées le lendemain dimanche. Elles se voient convoquées en tribunal de police pour la fin mai 2017 pour "Participation à un groupement en vue de la préparation de violences volontaires ou de dégradations" et détention ou transport de fumigènes. Comme le souligne la presse ou la police, des canettes et un fumigène auraient été lancés, la manifestation n’était pas déclarée et certain(e)s avaient volontairement masqué leur visage afin de ne pas être identifié.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette